L'actualité de Mister Harry

Web & Design

 28 août 2018

1/ Le pixel

Les images provenant d’appareils numériques (scanners, appareils photo…) sont composées de pixels. On les appelle fichiers bitmap. Ils comprennent plusieurs formats, les plus utilisés étant : .jpeg et .png. La partie visuelle est ainsi composée d’une multitude de points que l’on appelle pixel. Chacun d’eux se définit par une position dans l’espace et une couleur. Plus il y a de points et plus le rendu à l’œil est agréable et homogène. Bien souvent, lorsqu’une photo provient d’un appareil numérique récent, on ne remarque même pas la composition de l’image par des points. Le décompte du nombre de points mis côte à côte permet d’obtenir la résolution d’image. Plus celle-ci est élevée et plus l’image est de bonne qualité. Lorsque l’on a une image pauvre en pixel à la base, aucune chance de lui en ajouter des nouveaux. En augmentant sa taille manuellement, vous allez faire grossir les points et provoquer un effet de cube sur votre visuel. C’est ce que l‘on appelle communément une image « pixelisée ».

Chez Mister Harry, c’est avec le logiciel professionnel Adobe Photoshop que nous travaillons ce type de fichiers.

1/ Le vecteur

Les fichiers vectoriels  se composent de tracés entre des points qui dessinent une forme. L’intérieur peut être rempli par de la couleur. Il est possible d’intervenir sur le contour du tracé. L’avantage du vectoriel réside dans son utilisation, quelle que soit l’échelle finale. En supprimant la notion de pixellisation, on peut utiliser un fichier vectoriel dans un petit comme dans un immense format. Le système de création se limite à des aplats et des dégradés de couleurs. La palette des possibilités est conséquente mais son utilisation reste orientée pour de l’illustration.

Chez Mister Harry, c’est avec le logiciel professionnel  Adobe Illustrator que nous travaillons ce type de fichiers.

Pour conclure, l’utilisation de l’une ou l’autre des solutions dépend du type de création que l’on attend. On choisira logiquement les pixels pour de la photographie et le vecteur pour l’illustration. Cependant, certaines contraintes techniques nécessitent souvent que les vectoriels soient transformés en pixel pour leur utilisation. Ainsi, il est important d’avoir le fichier vectoriel de votre logo. Même si vous ne pouvez pas l’ouvrir vous-même faute de logiciel compatible, il sera la base visuelle à transmettre pour votre communication. Ce fichier permettra l’adaptation du visuel  dans toutes les tailles et sur tous les supports.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *